FASHION

Dior et la révolution New Look

Le nom “Dior” se lit aujourd’hui sur toutes les lèvres et même les plus frileux ou éloignés du monde de la mode reconnaissent au moins en visuel le fameux monogramme si célèbre de la maison. Mais connaissez l’histoire réelle de cette prestigieuse maison symbolique de l’histoire de la haute couture Française et dans le monde ? Connaissez vous l’origine du succès de son rayonnement planétaire et de sa réputation légendaire ? Retour sur une histoire aussi croustillante que marquante….

12 Février 1947. Cette date vous est sûrement inconnue mais elle est d’une importance capitale dans l’histoire de la couture Française. Ce matin là, tout le beau Paris se presse au numéro 30 de l’avenue Montaigne pour assister au tout premier défilé de la maison de haute couture naissante de monsieur Christian Dior.

 Le « New Look » est le nom donné à cette date là par la rédactrice en chef du Harper’s Bazaar de l’époque, Carmel Snow, pour la silhouette créée par le couturier, silhouette qui révolutionne les codes de la féminité et de la mode : Une taille fine très marquée, poitrine ronde et haute, des épaules douces et étroites d’un arrondi parfait, ainsi que des accessoires complétant la tenue. Christian Dior imagine une nouvelle apparence féminine, une nouvelle silhouette. Ses défilés mettront en valeur l’originale beauté de ses modèles. Dior conçoit ses robes comme l’architecte qu’il rêvait d’être.

LE TAILLEUR BAR

Parmi les modèles présentés lors du défilé, le tailleur “Bar”, composé d’une veste crème et d’une jupe plissée en laine noire, va devenir une icône emblématique de l’esprit Dior. Le tailleur bar, icône du New Look, a été sculpté par Christian Dior pour épouser et valoriser les courbes des femmes. Le couturier a modulé lui-même le Stockman de son atelier pour lui donner la forme souhaitée. Ses modèles dessinent une silhouette en huit, symbolique de la féminité.

UNE VÉRITABLE RÉVOLUTION MODE

Cette collection s’était faite aussi connaitre comme un véritable acte de resistance et comme un rejet de la privation. C’est sans doute ce qui explique le succès du New Look, la mode ayant son rôle à jouer dans l’Histoire, les femmes se le sont appropriées pour se ré-approprier leur corps et leur image éprouvés par la guerre.

Ainsi, Le look modéré de la femme sous l’occupation laisse place à une silhouette ultra féminine de l’après-guerre, silhouette à épaules étroites et taille de guêpe dans un flot d’étoffes luxueuses alors que la France était encore en pleine période de pénurie.

LES LOOKS DIOR

Christian Dior annonce la fin du New Look en 1953, et lance à la suite la ligne H décrite par Carmel Snow comme « look plat », les courbes se gomment et laissent place à une forme de silhouette plus homogène.

La silhouette H par Christian Dior, 1955, © Mark Shaw

Mais au cours des décennies qui suivent, jusqu’à nos jours, le New Look est perpétuellement repris et interprété par tous les différents directeurs artistiques de la maison Dior, ainsi de Marc Bohan en 1987 à  John Galliano  en 2009 pour une collection très remarquée, ou encore Bill Gaytten en 2011 après le départ de Galliano et finalement Raf Simons qui retourne aux fondamentaux en 2012 avec des robes bustier pour la Haute couture et des volumes « Bar » pour le prêt-à-porter.

Au lendemain du fameux défilé 47′ , le New Look traverse l’Atlantique, se popularise à l’échelle mondiale et rend à Paris sa place de capitale mondiale de la mode.

DIOR AUJOURD’HUI

Bien que le temps de la femme Bar ou H soit bel et bien révolu de nos jours, la direction artistique fait en sorte de perpétuer l’esprit révolutionnaire de la maison puis de conserver la ligne conductrice principale et l’ADN de la marque. Le but : mettre en valeur la femme tout en respectant les codes de notre époque.

Côté prêt-à-porter féminin, Maria Grazia Chiuri est la première femme à prendre la tête de la direction artistique depuis 1946.  Pour la collection Automne-Hiver 2019/2020, La créatrice italienne a donné au New Look un twist féministe en s’inspirant des Teddy Girls, la contre culture chic anglaise des années 1950. La collection automne-hiver 2019-20 rend hommage aux liens qui unissaient Christian Dior avec la Grande-Bretagne.

Pour l’homme, le génie Kim Jones étant reconnu pour son habilité à infuser la juste dose de streetwear dans ses collections ( on lui doit des collaborations avec Supreme et Nike tout en maîtrisant parfaitement les codes du tailoring ) sait parfaitement jongler avec les codes la maison tout en lui apportant la touche parfaite de son univers street chic donc il connait le secret. Un vent nouveau que l’ancien de Louis Vuitton vient insuffler avec succès.

© Julien Mignot for The New York Times

“DIOR/LINBERGH”, LE DERNIER PROJET DU PHOTOGRAPHE POUR LA MAISON DIOR

Dior/Lindbergh, cette dernière publication consacrée au travail de l’artiste allemand comprend “Archives” qui réunit plus de 100 photos réalisées par Peter Lindbergh pour Dior, et qui ont été publiées sur les plus grands magazines de mode, dont VogueVanity Fair et Harper’s Bazaar, au cours de ses 30 années de carrière. Trois décennies au cours desquelles il est devenu “l’un des plus proches collaborateurs de la maison”, précise la maison de l’avenue Montaigne.

© Peter Lindbergh

Soixante-dix ans de l’histoire de DIOR mis en scène dans le décor frénétique de Times Square

À LIRE

“Dior/Linbergh, des éditions Taschen”

Photo de couverture © Photo Pat English*

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin