FASHION / FASHION WEEK

Fashion week, Copenhague la meilleure élève ?

Qu’on la surnomme petite sœur cool des quatre grandes classiques établies depuis bon nombre d’années, ou encore la bonne élève écoresponsable, la fashion week de Copenhague fait de plus en plus parler d’elle année après année et surtout depuis que celle de Stockholm annulé sa précédente édition pour supprimer son impact écologique, celle ci explose littéralement. On a pas a dire mais les Scandinaves ont une bonne longueur d’avance en matières d’actions écologiques.

La Fashion week de Copenhague vient de donner le clap de fin pour cette saison avec une programmation des plus prometteuses et visionnaires que ce soit en matière de créativité ou de démarches en faveur du développement durable.

Retour sur un phénomène qui prend très rapidement de l’ampleur dans la scène mode et qui promet un bel avenir devant lui….

COPENHAGUE, UNE AVANT GARDE SUR TOUS LES PLANS

Ce qu’il faut avant tout savoir, c’est que la semaine de la mode Copenhaguoise est la première du calendrier du prêt à porter féminin et donc celle qui ouvre le bal des autres fashion weeks plus traditionnelles.

En effet, chaque année, c’est un véritable marathon mode qui s’étale sur 12 mois, et qui représentait jusqu’à présent un désastre assez conséquent pour l’environnement et une empreinte carbone assez inquiétante.

Et même si on peut noter une nette amélioration en matière d’initiatives dans ce sens de la part des grandes maisons, de Paris à Milan en passant par New York, il n’empêche que c’est Copenhague qui a une impressionnante longueur d’avance avec la mise en place d’actions concrètes et sérieuses qui laissent admiratives.

En matière de style, celle ci connait une renommée grandissante qu’elle doit notamment au succès de ses jeunes labels et au sens inné du style des Scandinaves, qui séduit avec son savant mélange de pièces fortes, de mix n match et de coupes modernes une idée visionnaire du confort.

1/ Un Plan d’action coup de point pour freiner le réchauffement climatique

D’ici 2023, les marques présentes à l’événement devront répondre à dix-sept engagements environnementaux :

Parmi eux, Ils devront par exemple ne pas détruire leurs invendus et utiliser au moins 50 % de textiles organiques ou recyclés dans leurs collections. Autre obligation : recourir à une scénographie zéro-déchet pour leurs shows.

L’événement se veut en mesure de pouvoir calculer son empreinte carbone au cours de l’année 2020.

2/ Une scène mode en pleine ébullition

Ils s’appellent Ganni, Cecilie Bahnsen, Michael Olestad ou encore By Malene Birger. Si ces noms vous évoquent encore vaguement quelque chose, sachez qu’ils ont le vent en poupe sur la scène mode et surfent avec brio entre avant-gardisme créative et engagements en faveur de la planète.

Que ce soit la griffe Scandinave Ganni, véritable étoile montante qui travaille avec une équipe créative dédiée à l’upcycling tout en concevant des pièces qui ne tombent pas dans le cliché Nordique avec de une ADN de pièces pointues et dans l’air du temps. Pari réussi, puisque tout le monde s’arrache la griffe dans le monde entier ( 400 points de ventes à l’international ) et présente dans près de 21 concepts stores dans les pays Scandinaves sans oublier leur succès débordant dans l’industrie du e-commerce comme sur Net-a-porter, Mytheresa ou encore MatchesFashion et bien d’autres qui représentent une belle force de frappe pour cette vague de jeune création Scandinave.

Côté invités, l’évènement attire bien entendu l’influence la plus pointue qui soit en terme de style au niveau digitale comme les « fashion editors » ou encore les acheteuses convoitées. Ces femmes qui se vêtissent « à la Scandinave » et qui savent allier comme personne l’éclectisme bien dosé avec un soupçon de féminité bien mis en avant, le tout avec des coupes parfaitement maitrisées, Comme si elles savaient parfaitement jongler avec ce qui peut être des partis pris complètement risquées ailleurs,

Pas de doute, elles sont tombées dedans depuis toute petite et on leur envie bien ce talent !

Parmi ces fashionistas, on trouve Pernille Teisbaek maman influenceuse et reine du street style des fashion weeks du monde entier et surtout championne des looks monochromes, Les copines New Yorkaises Alyssa Coscarelli et Lauren Caruso, influenceuses respectées dans l’arène mode et éditrices pour des magazine dont la liste est aussi longue que prestigieuses ( Harper’s Bazaar, The Zoe Report, Refinery29 ) puis qui maitrisent avec brio les codes du minimalisme et du vintage mesurés, les Suédoises Fanny Ekstrand et Linn Eklund, influenceuses slash fondatrice du très pointu magazine en ligne « Hobnob journal », la reine du mix and match Emilie Sindlev toujours Suédoise décidément, la liste est interminable….

CE QU’ON RETIENT DE CE MARATHON MODE COPENHAGUOIS

On retiendra en premier lieu la priorisation absolue à l’engagement planétaire ( first world problem ), puis une mode sans doute encore plus adaptée à la femme des temps modernes, sans diktats lourds à porter avec des looks complètement hybrides cadrant à toute situation de la journée montrant que l’on peut parfaitement être élégante avec une jolie paire de rangers ou de baskets tant qu’on réalise les bons mélanges et qu’on joue avec les bons codes. Et peut être que la mode Scandinave, c’est avant tout le mariage du cool « stay yourself » state of mind avec un je ne sais quoi de féminin et sophistiqué ? Affaire à suivre ….

www.copenhagenfashionweek.com

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin