FASHION / FASHION WEEK

La Fashion Week de New York, des origines à aujourd’hui

À l »heure où la Fashion Week New Yorkaise bat son plein, il était pour moi naturelle de réaliser une rétrospective de ses débuts afin de mieux comprendre où celle ci en est aujourd’hui.

C’est la première à lancer les festivités, si on parle des quatre grandes capitales de la mode. La Fashion week de New York, brille de mille deux autant par une série de noms prestigieux qui y défilent comme des jeunes talents prometteurs.

C’est le créateur Helmut Lang qui a changé la donne en modifiant le calendrier des défilés en 1998, présentant les collections en Septembre plutôt qu’en Novembre. Depuis cette date, se succèdent des éditions qui ont marqué l’histoire de la mode New Yorkaise et la mode tout court.

Mais depuis quelques temps, un vent d’incertitude s’abat sur la ville de la pomme. En effet, plusieurs designers dont des noms prestigieux comme Ralph Lauren, Tommy Hilfiger, Jeremy Scott, ont annoncé ne pas présent à New York lors de la Fashion Week pour l’automne-hiver 2020. Ajouté à cela le fait que l’évènement est passé d’une semaine à cinq jours, on se questionne ainsi sur son avenir. Retour sur ses prémisses pour comprendre toute son importance…..

LES ORIGINES

Tout débute à partir de la Seconde guerre mondiale, avec une femme : Eleanor Lambert qui participe en 1939 à la création du New York dress institute, la première forme de promotion de la mode aux États-Unis puis en 1943, elle lance la première forme de semaine de la presse.

Photo from Eleanor Lamber, Empress of Fasion

Tandis quand Paris dictait les tendances à l’international avant la guerre, c’est l’occupation Allemande qui a freiné cet effet, permettant à New York de prendre le pas sur l’influence mode.

L’idée était là : unir la presse New Yorkaise et étrangère au Plaza hotel. Cette semaine réunit des journalistes de renom de New York mais aussi d’ailleurs qui étaient invités des quatre coins du monde. L’événement était destiné uniquement à la presse et les acheteurs devaient organiser des visites en dehors dans les showrooms. C’est à ce moment précis que l’influence des rédactrices New Yorkaises prend une certaine importance.

On assiste également à l’apparition de jeunes talents comme Claire McCardell, Hattie Carnegie, et Norman Norell reconnus par des magazines déjà reconnus ) l’époque comme Vogue et Harper’s Bazaar.

L’ÉTABLISSEMENT DU CALENDRIER DE LA MODE

C’est finalement Ruth Finley qui coordonne l’évènement et établit un calendrier officiel, afin de permettre à la presse d’assister à un maximum de shows et d’éviter le chevauchement des défilés. Ruth, qui est parti en 2018, a exercé ce même rôle pendant 70 ans.

Ruth Finley, photo from WWD

LA CRÉATION DU CFDA

Eleanor Lambert participe à la création du Council of Fashion Designers of America (CFDA) en 1962 pour renforcer la portée de l’industrie américaine de la mode jusqu’à l’échelle mondiale puis sur le plan culturel et économique.

1970 : C’est la vague des premiers défilés médiatisés, extravagants et innovants auxquels assistaient des célébrités telles que Bianca Jagger et Liza Minnelli, et qualifiés de « forme d’art ultime des années 1970 » par Andy Warhol. Des créateurs comme Diane Von Furstenberg, et Halston donnaient le tempo.

1980 : Betsey Johnson entre dans l’arène avec ses défilés clinquant. C’est également l’heure aux épaulettes oversize grâce à des créatrices tels que Donna Karan dont les collections incarnent la femme moderne et élégante de l’époque.

1990 : C’est à ce moment qu’il est décidé que l’événement doit se centraliser dans un seul et unique endroit Bryant Park pour accueillir la majorité des défilés. De ce fait, cela permet d’éviter que les journalistes ne courent partout pour assister aux représentations mais aussi suite à un fait majeur marquant : l’effondrement d’une partie du plafond de show de Michael Kors en 1991.

Les années suivantes ont été marquées par une vague de nouveaux designers émergents. De Calvin Klein à Marc Jacobs en passant par Pery Ellis et son esprit grunge puis plus tard Rodarte, Thakoon, Jason Wu, et Alexander Wang, etc

Ces dernières années l’arrivée des réseaux sociaux et des outils digitaux ont eux aussi profondément modifié notre façon d’appréhender la mode et de communiquer à son sujet, y compris pour les Fashions Weeks dont la diffusion a été bouleversée par les créateurs digital native, ce qui a complètement changé la donne.

ET AUJOURD’HUI

Alors que Tom Ford vient de prendre la direction du CFDA, la semaine de la mode New Yorkaise prend un tout autre chemin. Depuis un quelques saisons déjà, on remarque l’envol de plusieurs créateurs Américains vers d’autres capitales de la mode, comme Virgil Abloh, Tommy Hilfiger, Alexander Wang, Thom Browne, Zac Posen ou encore Altuzarra.

Virgil Abloh, Photo from The New york Times

Selon les dires de certains comme L’influenceur Bryan Boy, « la fashion week de New York représenterait un budget trop onéreux pour une durée de dix jours pour la presse internationale entre hôtels couteux au sein de la big apple city » et ne parlons pas du cout environnemental.

Après l’annulation de la présence de plusieurs designers et la réduction de l’évènement à cinq jours, espérons que l’arrivée de Tom Ford amènera un avenir plus constructif et qu’il y aura un vrai retour à l’essentiel puis une vraie logique dans l’organisation. La NYFW a une adresse fixe, Spring Studios, mais de plus en plus de concepteurs se déplacent et organisent les défilés dans leur propre lieux.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin