STORIES

Le monde de Gabriella Berdugo aka Le Boudoir Sélectif

J’ai découvert Gabriella Berdugo il y a quelques mois lors d’une de mes investigations Instagram, à la recherche de perles digitales dans le but constant d’alimenter mes inspirations aussi diverses que variées. La première chose qui m’avait frappé chez cette jeune femme, c’était son style mi espiègle mi chic oscillant avec un tempérament mode très pointu. Depuis, suivre sa vie de consultante mode digital aussi intense qu’authentique est un véritable plaisir. Lumière sur une fille bien ancrée dans son époque qui n’a pas peur de mixer les influences entre elles et qui a bien compris le mot d’ordre : s’amuser avec la mode !

C’est entre Londres et Paris que Gabriella s’épanouit dans le milieu de la mode en tant que consultante, influenceuse experte sous le nom de « Boudoir sélectif »et co fondatrice de son propre magazine « Fashion Month Magazine ». Voici son portrait.

Bonjour Gabriella, pourrais tu nous en dire plus sur toi ? Âge, parcours, profession ?

J’ai 26 ans et j’habite entre Paris et Londres. J’ai fais une école de commerce et un master de finance. Mais j’ai toujours été attirée par la mode et le stylisme. 

J’ai aussi créé ma page Instagram lors de ma dernière année de master. Au début c’était semblable à un meli melo, un boudoir de tout ce que je sélectionnais en lien avec la mode, mes inspirations, mes looks préférés etc…

Puis 2/3 ans après la création de la page le boudoir sélectif, j’ai décidé d’en faire mon métier à temps plein. J’ai également lancé un magazine de mode cette année : « Fashion month magazine ». Un screening de toutes les dernières tendances des défilés mais j’y ai également injecté du lifestyle.

Quelle est la première chose qui t’a intéressée dans la mode ?

La première chose qui m’a intéressée c’est le processus du création de look , le stylisme, l’allure mais aussi le fait de pouvoir exprimer son humeur et sa créativité à travers un look et se sentir ainsi mieux dans son corps puis maîtriser l’image que l’on souhaite renvoyer. 

Quelle est ta propre définition du style ?

Selon moi, le style n’a pas de définition propre, il est indéfinissable. Bien sur, il faut du bon goût, de l’allure, des jolies, pièces et de l’assurance, mais il y a quelque chose d’autre, une sorte de talent, comme quelqu’un qui crée un vêtement ou qui peint, cela se travaille et s’améliore mais il faut une petite flamme existante. 

Combien de temps de préparation pour un #OOTD réussi ?

Parfois je passe des heures à vouloir styliser une pièce pour un shooting ou une campagne et je peux me perdre en chemin. Mais au final, mes looks les plus stylés sont ceux que je crée quand je n’ai pas le temps et que je dois improviser quelque chose en 2 min car je suis en retard. J’avoue que je prend quand même choisis toujours la pièce forte du moment et je la mixe avec des trucs cool et facile à mettre et au final c’est ça qui marche je crois. 

Que penses tu de l’ambiance des défilés aujourd’hui ? 

Cela dépend vraiment des défilés. 

De plus en plus de designers intègrent la notion de « body positivity » et d’écologie , et cela devient très intéressant, on commence enfin à voir des créations sur des morphologies plus accessibles et qui correspond plus à la morphologie normale. J’ai été un peu déçue de la fashion week de Londres cette saison, mais je garde espoir car par exemple New York a bien re naquit de ses cendres cette saison alors qu’elle était un peu tombé au dépourvu ces dernières années . 

C’est quand même super d’avoir des lives Instagram sur énormément de défilés aujourd’hui, les gens peuvent finalement ressentir toute cette adrénaline autour de la fashion week. 

Pour ma part, il est très important pour moi d’assister à la représentation du travail et de l’âme de toute une collection. cela permet vraiment de voyager à travers le cheminement de la création et de l’univers présentés par le désigner. Cela me permet également de repérer instantanément les tendances majeures de demain et que je m’empresse de vouloir explorer en avant garde. 

Que penses tu des photographes street style d’aujourd’hui, du monde du street style en général comparé à l’époque de Scott schuman, Garance doré, Jack and Jil  etc ?

Les photographes street style tendent à se positionner sur un côté beaucoup plus éditorial et original. Cela est très intéressant tout en espérant qu’ils gardent en tête de capturer réellement le style et non la marque … Je trouve que cela évolue tout le temps et ça me plaît, chacun a son style et c’est toujours intéressant de voire le travail des photographes et leur propre vision.

Comment envisages tu la mode idéale de demain ( enjeux eco responsables, éthique en général etc ) ?

Je trouve qu’il y a encore beaucoup d’hypocrisie dans ce milieu. On critique ou on met en avant une soi disant démarche engagée des maisons de luxe dans leurs processus ou utilisations de certaines matières alors qu’en réalité c’est toute l’industrie du textile à économie d’échelle qui est à l’origine d’énormes enjeux écologiques. J’aurai tellement aimer  vivre à l’époque où l’on trouvait du vrai made in France partout, où encore la période où le fait de faire du shopping à Paris ou à New York conservait une connotation magique. De mon côté, c’est ce que je ressens quand je fouille dans les armoires de ma mère. Aujourd’hui il n’y a plus la même authenticité du vêtement et de sa création et ce avec tous les enjeux écologiques que cela comprend. 

Concernant les défilés je pense que les marques sont de plus en plus responsables, l’intégration des mannequins toutes tailles est également très pertinente et me plait beaucoup. 

J’ai l’impression qu’il va y avoir un retour en arrière sur beaucoup de sujets avec cette épidémie…

Dans cette démarche eco responsable, es tu fervente du seconde main ? et du vintage ? 

Je suis surtout une fervente admiratrice de l’armoire de ma mère et de ma grand mère. Tous les ans je découvre des pièces qui ne m’intéressent peut être pas l’année d’avant et qui cette l’année suivante s’avèrent être exactement ce dont j’ai besoin pour peaufiner mon style et porter des pièces uniques.

Tes adresses vintages préférées à Paris et dans le reste du monde ?

Malheureusement je ne suis pas une grande shoppeuse des magasins vintages pour la raison évoquée en haut, mais je suis toute ouïe aux bonnes adresses. 

Avec quelles personnes, quelles marquent rêves tu de collaborer ?

Il y a énormément de marques et designers , aussi bien les nouveaux qui apparaissent chaque jour que les maisons de renommée internationale. J’adore travailler avec des nouvelles personnes constamment, c’est un des challenge du métier qui est vraiment excitant. Je suis très ouverte et j’adore découvrir, chiner des nouveautés tout en restant évidement sur mon positionnement haut de gamme et premium. Voyons ce que l’avenir nous réserve mais je suis sure que j’ai encore beaucoup de choses à découvrir et à partager.

À quoi ressemble une journée type dans ta vie ( hors confinement ) ?

Mon métier est fait de sorte que mes journées sont très variées, souvent très chargées et parfois beaucoup plus calmes.

Elles varient avec les voyages, les shootings, les rendez vous, le contenu à travailler. En résumé, pas mal de mails à gérer au quotidiens, des rendez vous professionnels pour mes partenariats, des shootings et beaucoup d’allers retours en train Paris-Londres.

Tes adresses insolites à Paris ( cafés, restaurants, spots préférés )  ?

J’habite entre Londres et Paris et dès que je suis à Londres les terrasses Parisiennes me manquent terriblement, donc quand je suis à Paris tout est bon à prendre. Plus sérieusement, j’adore l’Ile saint Louis, j’ai l’impression d’être dans une autre époque, le Paris cliché. J’allais souvent manger une glace chez Bertillon le dimanche avec mes parents, et j’ai déjà en tête tout le répertoire de Edith Piaf qui défile ( je suis sa première fan). 

Ta routine bonheur préférée ?

Des pattes au saumon ( ne me demandez pas pourquoi ).

En ce moment, ta routine confinement préférée ?

Danser, chanter , rire mais aussi Netflix et Instagram, soyons honnêtes, et TikTok ma nouvelle obsesssion.

Comment abordes tu la situation actuelle ( mindset etc ) ? et quels conseils souhaiteraient tu donner aux autres ?

Je pense que c’est la période parfaite pour se recentrer sur l’essentiel. 

Pour moi l’important c’est la santé avant tout. La vie ne tient qu’à un fil, ainsi que la famille et l’hygiène de vie. J’ai bien besoin de travailler sur l’hygiène de vie. Avec tous mes allez retours, j’ai laissé de côté le sport que je pratiquais 3 fois par semaine ainsi que le fait de manger sainement. 

Je pense que le Coronavirus c’est un message, pour réaliser que ce que l’on mange a un impact direct sur notre santé et notre vie , et ça c’est un message parfait pour moi qui adore les snacks. 

Tes meilleures souvenirs de voyage ?

J’ai adoré mon voyage sur la Côte ouest des États Unis. Chaque moment, chaque paysage était irréel. On a roulé de Los Angeles jusqu’en Utah et Arizona en passant par le Nevada, une expérience vraiment très enrichissante. Sur une même autoroute on a eu un fuseau horaire différent puis ont pouvait passer d’une température de 17 degrés pluvieuse à 32 degrés plein soleil. 

J’ai également de très bons souvenirs du Sud de l’Italie. J’adore y aller, c’est si près de Paris et pourtant si différent, la dolce vita existe vraiment haha et ça me donne encore l’impression de plonger dans une autre époque entre les années 60 et 90. 

Tes coins préférés au monde pour décompresser de ta routine Parisienne et Londonienne ?

J’adore le Maroc : un petit week end à Marrakech ou Agadir et le parfait combo soleil, crêpes et détente. C’est ce qui me convient pour décompresser ( surtout les crêpes msemen / moufletas avec du nutella en sortant du spa ). 

Pour continuer dans les clichés j’adore Deauville également, j’y allais très souvent avec mes parents et je trouve qu’il y une âme spéciale, même quand il pleut. Mais bon c’est quand même plus sympa quand il fait beau , et là tout de suite j’ai la chanson « Douce France » qui défile dans ma tête.

En passant, je suis une grande fan de la variété française en commençant par Edith Piaf ,  puis Jacques Brel, France Galles, Yves Montand, Charles Aznavour, Céline Dion, Jean Ferrat , Gainsbourg …

À mi chemin entre le rétro et l’avant garde :) 

Quels conseils donnerait tu à personnes souhaitant se lancer dans un carrière digitale ?

Être authentique. Ne pas se reposer sur un début de succès ou un buzz. C’est le conseil le plus difficile haha. Cela prend beaucoup de temps et nécessite de la patience et de la persévérance. Cela fait 4 ans que je suis en constante remise en question et volonté d’amélioration de mon feed, mon message , mon image. 

Enfin, Où tu vois tu dans 5 ans ?

Je prend la vie comme elle vient. Elle m’a bien bien appris de ne pas faire de plans sur la comète.

Instagram : Le Boudoir sélectif

Son magazine : The Fashion month magazine

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin