TRAVEL / TRAVEL GUIDE

Istanbul, la belle en 72 heures

Témoin de siècles d’histoire, Istanbul est un véritable théâtre de rue où l’archaïque côtoie le moderne. la ville est un grouillement cosmopolite, un enchevêtrement fantastique de ruelles, un musée à ciel ouvert.
La première fois que je l’avais découverte je devais bien avoir 23 ans et j’avais déjà pris une grosse claque à l’époque.
Depuis ce voyage, cette obsession ne m’a jamais vraiment quittée et je me délectais à l’idée de la revoir pour la seconde fois et de pouvoir cocher dans ma liste tout ce que je n’avais pas eu le temps de faire à ma première venue.

Istanbul c’est la ville qui correspond à tout type de voyage. Ce coup ci j’y ai atterri en famille de manière un peu improvisée, et pour le coup un last minute trip comme on l’aime.



Istanbul se vit à 100 à l’heure, se hume à pleins poumons, et s’apprécie seconde après seconde avec une intensité semblable à la vitesse de la lumière.

Ce fut un réel bonheur de pouvoir voir mon mari et mon fils, à leur tour embarqués dans ce tourbillon enivrant de la ville aux milles visages….

UNE HISTOIRE DE PONT QUI RELIE DEUX MONDES



À cheval sur le Bosphore, un pied sur le continent européen et l’autre en Asie, Istanbul aura toujours le vent en poupe. Istanbul, la mégapole aux mille parfums et couleurs, est une ville jeune, exubérante, qui aime se réinventer chaque jour.

JOUR 1 / PONGEZ DANS DES SIÈCLES D’HISTOIRE

On n’a pas dérogé à la règle, un passage obligé s’imposait avant de visiter tout autre lieu 

– On une première halte à la basilique Sainte-Sophie redouble de majesté : on court dès 9 heures pour s’émouvoir devant le chef d’œuvre byzantin érigé au VIè siècle, devenu mosquée en 1453, puis transformé en musée en 1934. 

– L’incontournable square de Sultanahmet. On entre dans la mosquée Bleue aux six minarets, et on file, à deux pas, jusqu’au palais de Topkapi.

JOUR 2 / PERA PALACE, SUR LES TRACES D’AGATHA CHRISTIE

Impossible de passer à côté du Pera Palace, si l’on se rend à Istanbul. Plus qu’un palace historique de renom, l’hôtel est un lieu de pèlerinage pour les adeptes de fiction policière.

L’hôtel Pera Palace est l’un de ces lieux mythiques qui a fait rêver bon nombre de voyageurs. Dernière étape de l’Orient-Express, il vit défiler les plus grandes personnalités dès la fin du XIXe siècle, parmi lesquelles le roi Georges V, Ernest Hemingway, Alfred Hitchcock ou l’actrice Greta Garbo. Pour les amateurs de romans policiers, sachez que la célèbre romancière Agatha Christie y aurait écrit « Le Crime de l’Orient-Express » dans la chambre 411 qui lui est aujourd’hui dédiée. Cet hôtel fait partie intégrante de l’Histoire de la Turquie, car il fut le premier Palace édifié en 1892 dans le pays, et est aujourd’hui inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

On tente de visiter la célèbre chambre de la romancière la plus controversée de l’époque, puis on s’imprègne de l’histoire que raconte les murs du lobby, qui en a du bien voir passer des personnalités, artistes, et écrivains et on termine par un café turc au salon de thé du Palace autour de bonnes petites douceurs.

www.perapalace.com

…..PUIS ON SE LAISSE PORTER PAR L’ART CONTEMPORAIN

Istanbul c’est une vie culturelle en pleine ébullition. La cité Byzantine est semblable à un musée à ciel ouvert, regorgeant de rues, de quartiers entiers où l’art ancien et le contemporain se côtoient rayonnant tous deux pour créer une véritable harmonie qu’il est difficile de ne pas percevoir lors de nos balades.

Istanbul Modern ou un terrain de jeu raisonné pour les kids

Le musée de l’art Contemporain ( Istanbul Modern ) de la ville d’Istanbul fait parti de ces paris qui révèle sa soif de modernité et de cosmopolitisme mais surtout destiné à mettre en valeur l’éclectisme de l’art contemporain turque et ses nombreux talents qui valent le coup d’être reconnus dans un axe géographique plus important.

ET À LA TOMBÉE DE LA NUIT, CAP SUR LE GRAND BAZAAR, UNE EXPÉRIENCE SHOPPING ATYPIQUE…

On affronte le Grand Bazar, dédale de 4 000 échoppes. On y marchande tapis, maroquinerie, tissus et bijoux selon les règles en usage depuis cinq siècles. Puis on arpente les ruelles qui coulent vers la Corne D’Or en jouant des coudes jusqu’au bazar égyptien pour faire le plein d’épices et de loukoums chez Haci Bekir…

Un vrai parcours sensoriel pour les petits comme pour les plus grands.

DERNIÈRE JOURNÉE : FARNIENTE SUR LES RIVES DU BOSPHORE

Le Bosphore peut s’apprivoiser en deux versions 

VERSION CROISIÈRE

Sur le papier, je vous l’accorde, cela  peut sembler terriblement cliché, mais le Bosphore, c’est quelque chose à voir, et quand on n’est à Istanbul que pour  un court lapse de temps, qu’on veut voir Sainte-Sophie, la Mosquée Bleue, Topkapi et la Citerne, et qu’il ne reste qu’un petit bout de soirée, alors on saute le pas…

Les prix oscillent entre 40 et 70 euros par semaine ( tout dépend du standing )  et cela comprend généralement :

La croisière commentée sur le Bosphore, le repas, le(s) spectacle(s) et les transferts de l’hôtel au bateau et du bateau à l’hôtel.  Le package final est effectivement touristique à souhait mais au moins vous aurez un petit concentré de la cité Byzantine et quand même une agréable  et inoubliable balade qui ne se refuse pas.

LE BOSPHORE PLUS AUTENTHIQUE

Pour une visite hors des sentiers battus, on n’hésitera pas à louer une voiture et  découvrir la côte en plusieurs jours….

Côté européen, Ortakoÿ est courue pour sa vue sur le pont du Bosphore et sa mosquée baroque. Après un déjeuner panoramique au House Café, on s’essaie au backgammon dans les ruelles alentours où empiètent des stands d’artistes. Sur l’autre rive, à Kadiköy, entre brocantes et disquaires, on savoure les mezzés, et les plats anatoliens du Ciya Sofrasi. Enfin, on s’offre une promenade balnéaire ponctuée de jardins de thé, voiles blanches et vols de mouettes jusqu’à la jetée pittoresque de Moda. Sur le ferry du retour, au soleil couchant, Istanbul joue Les Mille et Une Nuits.

House Café à Ortakoÿ

MEILLEURS SPOTS FOOD

Kiss the frog, c’est le rendez vous incontournable du tout Istanbul, si vous aimez la fusion et la sea food, vous serez servis !

http://www.kissthefrog.com.tr

Sur Balik, c’est la promesse d’une vue imbattable sur le Bosphore mais surtout des spécialités sea food signature du restaurant ainsi que leur étonnante sélection de mezzés maison

LES HÔTELS VERSION LUXE HISTORIQUE

FOUR SEASONS BOSPHORUS

Ce palace d’exception, installé dans un ancien palais Ottoman du XIVe siècle, jouit d’une vue idyllique sur le Bosphore.

Difficile de trouver plus joli cadre que celui-ci. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si les anciens sultans ont choisi de résider dans ce magnifique palais d’été installé sur la rive occidentale du Bosphore.

Transformé en hôtel en 2008, l’établissement affiche 170 chambres et suites décorées selon des camaïeux de beige, dans un style ottoman réinterprété de façon contemporaine. Leurs grandes fenêtres offrent une échappée exceptionnelle sur le détroit, promesse d’une nuit magique et romantique. En contrebas, le jardin verdoyant invite à la flânerie, à moins que vous ne préfériez prendre un verre ou dîner sur la magnifique terrasse en marbre blanc, face au fleuve.

https://www.fourseasons.com

GEORGES HOTEL GALATA

Déployé sur 7 étages entre ces murs anciens, l’hôtel Georges affiche un cachet ottoman adapté à l’époque contemporaine.

Une vue imprenable sur le Bosphore, c’est la première de cet édifice chargé d’histoire.

De la Corne d’Or et Topkapi jusqu’à la rive asiatique. Une palette de teintes atonales, des espaces clairs et meubles réalisés sur mesure par des artisans turcs et italiens, un luxe décontracté comme on l’aime tant.

Le soir venu, Le Fumoir, restaurant-bar d’une vingtaine de places, donne de surcroît un cachet unique à l’établissement. Et pour cause, la jeunesse stambouliote s’y presse entre murs de briques et rideau en velours rouge théâtre pour écouter du Brel et goûter un coq au vin ! Istanbul en raffole et en redemande.

www.georges.com

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin