STORIES

Anne Fleur, la podcasteuse qui met à l’honneur des fabuleuses histoires d’expatriés

Il y a quelques années, Anne Fleur Andrle se lance dans l’incroyable l’aventure de l’expatriation à Boston, aux Etats Unis où elle y vit avec son mari et son fils. Ingénieur de formation, et travaillant dans l’éducation professionnelle ; et en parallèle elle découvre là bas en parallèle un horizon professionnel différent qui se dessine puisqu’elle devient podcasteuse en série, développant des podcasts pour elle même et pour des marques. Elle lance son premier podcast “French Expat” dans l’optique de mettre en lumière des tranches de vies d’expatriés, joies, galères, apprentissages de vie dans un ton spontanée et authentique. Portrait d’une slasheuse frenchy des temps modernes, qui sait toucher son audimat de la bonne manière avec une approche inspirante et une bonne humeur certainement communicante.


2/ Anne Fleur, Comment t’es venue l’idée de lancer ton podcast, c’est quelque chose que tu as voulu faire depuis longtemps ou c’est venu comme ça sur le vif ou suite à un évènement particulier ?

J’ai lancé French Expat, mon premier podcast, car je suis très curieuse des autres. J’adore raconter des histoires de vie, et je suis passionnée de voyages et par les différentes cultures autour du monde. C’est comme ça que j’ai eu l’idée un peu égoïste au début de tendre mon micro pour m’abreuver en quelques sortes des histoires d’autres personnes qui ont quitté leur pays pour vivre autre chose et parfois même se reconstruire ailleurs. J’écoutais beaucoup de podcasts, j’ai dirigé une radio indépendante quand j’étais étudiante, je faisais déjà pas mal de voix off en freelance depuis des années alors j’avais déjà un attrait tout particulier pour le micro et ce format s’est imposé à moi.


3/ Quels aspects positifs t’apporte-t-il au quotidien ?

Mon podcast me permet de rencontrer des personnes (connues ou non) auxquelles je n’aurais peut-être pas eu accès autrement, de découvrir des histoires de voyages surprenantes et me fait grandir tout en nourrissant ma réflexion sur ma propre expatriation.


4/ Est ce qu’il y a des rencontres ( invités podcast )  qui t’ont particulièrement transcendé ?

Tous ! En toute franchise, elles m’ont toutes secoué d’une manière ou d’une autre : certaines ont fait écho à un moment de ma vie, a ce à quoi j’aspire. Recevoir ma Maman pour parler de son retour (épisode 51, saison 1) fut un moment très fort pour moi. Aussi recevoir Eva, la plus jeune invitée du podcast (10 ans à l’époque) fut très impressionnant.


5/ Dans 5 ans, tu te vois rentrer en France, repartir ailleurs ou rester aux US ?

Maybe ! L’avenir le dira. J’ai envie de me rapprocher de ma famille donc peut-être pas en France mais oui, j’ai ce besoin quasiment viscéral de rentrer en Europe. C’est important pour moi. Besoin sans doute exacerbé par la crise sanitaire.


6/ Selon toi  le American dream existe-t-il encore ? 

Éternel débat ! On en parle souvent. Je pense que la définition de l’American Dream est propre à chacun et à ce qu’on veut accomplir. Pour moi, la mentalité américaine est très proche de mes idéaux. Les français reprochent souvent aux Américains de vivre dans le monde des bisounours où tout est “fantastic” et “amazing”. Je ne suis pas d’accord. Les Américains et la culture américaine sont foncièrement optimistes et voient des solutions avant de se noyer dans les problèmes. Oui c’est cliché de dire ça mais en France, j’ai souvent eu l’impression qu’on se concentrait sur les problèmes sans chercher les solutions.


7/ Que conseilles-tu pour les personnes qui souhaitent justement s’expatrier aux US ou les fraichement expatriés ?

Il y a trop de profils différents pour être spécifique. Rejoignez rapidement un groupe / club / asso avec des Américains. C’est difficile de rencontrer des Américains mais en passant par des activités ça permet de tisser des liens tout en découvrant la culture forte. Vous trouverez toujours les français du coin, ne les cherchez pas trop vite : profitez du flottement de début d’expatriation pour vous découvrir.


8/ Quels conseils donnerais- tu aux personnes qui souhaitent lancer un podcast mais qui ont peur par crainte “de mal faire” ou que cela ne marche pas “?

Ça dépend de ce que veut dire “marcher” pour vous. La clef pour moi pour aller à la rencontre de ses auditeurs c’est l’authenticité et la passion que vous y mettrez.


9/ Des futurs projets en cours à annoncer ? le futur de French Expat ?

 Écoutez mon autre podcast, Génération Podcast, pour découvrir plein d’autres podcasts !

Pour en savoir plus sur Anne Fleur, c’est ICI

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin