STORIES

Portrait : Camille Azoulai, fondatrice de Funky Veggie

Camille est la co fondatrice qui se cache derrière Funky Veggie, que vous avez sans doute tous vu passer dans les épiceries jusqu’aux magasins de grande distribution française. C’est aussi la start up Française qui a quelque peu révolutionné le bien manger en le démocratisant et en le rendant plus accessible sans pour autant déprécier sa qualité. Mais Funky Veggie est particulièrement connue pour ses snacks énergétiques conçues avec des ingrédients sains, avec une maitrise totale de la chaine de fabrication et surtout avec aucun composant étrange à l’intérieur. Portrait de Camille, une jeune femme qui a su être visionnaire au bon moment, en rendant accessible la clean food à un plus grand nombre mais pas que…

Camille, peux tu te présenter ?

J’ai 27 ans, je suis la cofondatrice de Funky Veggie, et m’occupe de toute la partie créative et stratégique de la marque et de l’entreprise :)


Peux tu nous raconter comment est née l’aventure Funky Veggie ?


Après Sciences Po Paris puis 2 ans en Chine, j’ai au départ développé le projet de Funky Veggie en parallèle de mes études en communication. À ce moment-là, compliqué côté perso, j’ai eu une réelle prise de conscience concernant l’impact de nos modes de vie et de consommation sur la planète et sur nous-mêmes. Je me suis alors demandé : comment est-ce que l’on peut tous, globalement, évoluer vers quelque chose de plus durable, sans forcément changer radicalement de mode de vie ni balayer d’un coup tout notre quotidien ? Funky Veggie est né de l’idée de l’effet “boule de neige” : nos actions mises bout à bout peuvent faire changer les choses !

Quels sont les valeurs fondamentales autour de l’enseigne et quelle est votre plus value par rapport à d’autres marques concurrentielles ?

Notre mission : accompagner le mouvement vers une alimentation plus naturelle et plus végétale, à la fois meilleure pour soi et la planète, à travers des produits plaisir accessibles à tous.  Tous nos produits ont 3 piliers essentiels : 1. la gourmandise ; 2. la naturalité, le fameux “rien de bizarre à l’intérieur” ; 3. le côté funky, décalé, l’ADN de notre marque.On s’engage beaucoup au-delà de ça, même si on ne le dit pas forcément — nos matières premières sont BIO, issues du commerce équitable, on conditionne nos produits en ESAT pour favoriser l’insertion sociale et professionnelle de personnes en situation de handicap, on ne fait que du 100% Made in France…On est vraiment dans la stratégie des petits pas : on ne prétend pas être parfait mais on fait de notre mieux au quotidien, et on s’améliore tous les jours.

Penses tu qu’il faut éduquer et convertir de A à Z la population autour de l’alimentation clean et engagée ou au contraire les sensibiliser de manière raisonnée ? Comment vous y prenez vous pour emboiter le pas ?

Notre conviction, c’est que c’est le plaisir qui peut changer le monde. On accompagne donc les gens vers une alimentation à la fois meilleure pour soi et la planète, mais à travers la gourmandise avant tout. À nos yeux c’est la clé ! Les gens consomment nos produits d’abord parce qu’ils sont bons. 


Parlons entrepreneuriat, quels conseils donnerais-tu aux jeunes qui souhaitent se lancer, dans une époque où tout parait accessible et ou finalement pas si évidente pour s’y retrouver ?


Un seul conseil
: faire ! Mettre les mains à la pâte et se lancer, sans attendre que tout soit parfait — ce ne sera jamais le cas. On apprend par l’expérience concrète, pas avec des grandes citations.

Quels leçons as tu tiré  de ta propre expérience ( échecs comme succès ? )

Qu’il faut travailler, tout donner, mais aussi être patiente, prendre soin de soi, se rappeler que la matière de l’entreprise quand on est fondateur c’est soi-même, et donc il faut aussi travailler et se ménager pour se sentir au mieux. Mieux vaut moins travailler et prendre soin de soi pour être excellent au travail que vouloir tout donner et s’oublier, ça se ressent très vite sur le travail et sur tout le reste. 

Comptez vous développer à l’international dans un second temps et où si tu peux nous le dire ?

On vient d’arriver en Belgique ; on va continuer d’abord avec le Benelux, peut-être aussi l’Espagne bientôt. Mais avant tout, on a de quoi faire en France pour rendre nos produits encore plus accessibles !

En général, comment réussir à sensibiliser certaines personnes qui n’ont pas forcément accès facilement à l’information, du fait de leur entourage social, conditionnement, éducation etc à la l’alimentation consciente et saine à ton avis ?

En leur proposant des recettes gourmandes avant tout ! C’est ce qu’on fait sur notre compte Insta par exemple, de manière 100% gratuite. Dans mon livre Ma vie en plus funky & veggie publié chez Larousse, je vais plus loin pour mieux expliquer et rentrer plus en profondeur : il faut y aller pas à pas, c’est l’essentiel. 

Que pensez vous justement de l’évolution des mentalités à travers ce sujet si sérieux et sensible ?

Ça avance ! La crise du COVID nous a aussi tous sensibilisés à nos modes de consommation parfois excessifs, je pense qu’on a tous envie d’évoluer, chacun à notre niveau. C’est une évolution de fond qui avance tous les jours, même quand on a l’impression qu’on régresse !

Le mot de la fin ? ( infos, actus à rajouter concernant Funky Veggie ) ?

Pour aller plus loin dans la démocratisation, on est en cours de levée de fonds de manière 100% participative et responsable ! Concrètement, un particulier peut investir à partir de 100€ (et jusqu’à 300k !) chez Funky Veggie et détenir des parts de l’entreprise. C’est par ici, il y a déjà près de 400 investisseurs : LIEN ICI

www.funkyveggie.fr

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin