TRAVEL

Ces familles qui quittent tout pour parcourir le monde : partie 1

On dit souvent qu’il n’est pas si facile de quitter une vie plutôt bien rangée du moins temporairement pour entreprendre un long voyage, du mini tour du monde au grand saut, et encore moins en famille avec enfants en bas âge jusqu’a ados. Ce qui est sûr, c’est qu’on ne part pas sur un coup de tête et encore moins lorsque l’on voyage avec les membres de sa tribu. Ceux qui se lancés, ont du préparer le projet bien en amont : cela va de 6 mois de préparation au grand minimum jusqu’a 2 ans, voire plus.

Et oui, il va falloir gérer des obstacles fondamentaux comme mettre en parenthèse un job, trouver un plan de financement ( économies, prêt à la banque…), sans parler de la gestion de l’école pour les enfants qu’il faut mettre entre parenthèse souvent pendant 1 an voire 2 et se préparer psychologiquement à faire l’école à la maison, ce qui, selon l’âge n’est pas une mince affaire, les préparatifs techniques qui peuvent se corser si l’on choisit un mode de voyage un peu plus particulier comme …un voilier par exemple et sans parler bien sur de toute la préparation psychologique qui va avec : car oui partir, quitter une vie routinière, une stabilité financière, ça se conditionne.

Il y a également un élément important que l’on oublie souvent, c’est l’après, le retour à une vie dite normale, une dure réalité pour la plupart et c’est sans doute ce qui est le plus compliqué, car lorsque l’on s’habitue à des journées où finalement le contrôle est moindre, où chaque jour est un jour différent du précédent, où il faut faire face à des problèmes encore plus imprévisibles que la vie normale, la reprise de l’école, du boulot, moins de temps pour soi, des vacances qui semblent loin, la grisaille, le froid, le déjà vu, les contraintes… bref pour certains, c’est une claque monumentale.

Certaines familles qui se lancent dans cette aventure de vie ne reviennent jamais réellement voire jusqu’a partir vivre dans un pays pour lequel ils se sont épris pendant leur tour du monde.

J’ai volontairement choisi le portrait de 3 familles d’expérience “tour du monde” au profil différent mais dont les valeurs fondamentales de voyage se ressemblent beaucoup. De l’Afrique au Caraïbes, en passant par la Polynésie et j’en passe, voici le récit de première famille.

LE TOUR DU MONDE DE SOPHIE ET SA FAMILLE

Sophie est rentrée en Belgique après un tour du monde avec son mari et ses trois filles. Ce qu’on retient de son expérience, au delà de son itinéraire inspirant et qui appelle complètement au rêve ( comme tout parcours de tout du monde d’ailleurs) , c’est la capacité assez incroyable des enfants à s’adapter à ce genre de situation hors du commun et à tout ce qu’ils y gagnent au change, en particulier l’impact assez fort sur leur personnalité et sur les adultes qu’ils seront demain…

Bonjour Sophie, peux tu te présenter ainsi que ta famille ?

Je m’appelle Sophie, voyageuse dans l’âme et maman belge de 3 filles de 7, 11 et 14 ans. A la naissance de notre dernière, nous sommes partis vivre en Afrique du Sud. 

Pour les passionnés d’aventure et de grands espaces que nous sommes, on ne pouvait pas rêver meilleure destination d’expatriation. Nous sommes tombés irrémédiablement amoureux de l’Afrique et pendant 5 ans, nous avons voyagé en famille un peu partout en Afrique australe.

Nous avons ainsi dormi au milieu du Kruger, navigué sur les eaux turquoises des Quirimbas au Mozambique, fait des safaris à cheval, découvert le Delta de l’Okavango au Botswana, campé dans le désert du Namib, survolé les majestueuses chutes Victoria, marché en pleine brousse, pêché sur le lac Malawi, admiré les montagnes du Lesotho, fait du surf à Cape Town ou rencontré les tribus sans ou himbas…

Ces aventures, ces découvertes, ont donné naissance à mon blog ( LIEN ICI ) où je livre nos coups de coeur, itinéraires et meilleures adresses family friendly.

Ces voyages sont surtout devenus une véritable passion familiale et nous ne sommes jamais aussi heureux qu’à 5, autour d’un feu de camp en pleine brousse ! Nos filles nous ont suivis partout et notre petite dernière n’avait qu’un mois quand elle a fait son premier safari où je l’allaitais près des éléphants. 

Quel était l’histoire autour de votre projet de tour du monde en famille ?

A force de voyager en famille, on a commencé à rêver d’un voyage à plus long terme… Jusque là, nos voyages étaient cadrés dans des vacances scolaires et duraient donc 2-3 semaines maximum… On s’est mis à imaginer un voyage où on est complètement libre, où on a le temps de s’attarder à chaque endroit, d’improviser…

De plus, notre expatriation en Afrique su Sud touchait à sa fin et la suite était encore assez floue.  On s’est dit qu’après avoir montré l’Afrique à nos filles, on allait les emmener voir le reste du monde et c’est comme ça que le projet de ce tour du monde est né !

Combien de temps a duré ce tour du monde et quel était le parcours ?

Nous sommes partis 8 mois de juillet 2019 à mars 2020. Totalement par hasard, nous sommes revenus juste avant le premier confinement… Nous avions décidés depuis le début de revenir début mars pour que les filles ré-intègrent l’école pour quelques mois avant la fin de l’année scolaire.

L’itinéraire est toujours un des casse-tête de l’organisation d’un tour du monde ! Il faut choisir son mode de transport, penser aux saisons, ne pas trop charger le programme…

Sur 8 mois, nous avons finalement visité les pays suivants : Japon – Polynésie – Australie – Chili – Ile de Pâques – Argentine – Pérou et Brésil.

Nous avons choisi de passer beaucoup de temps en Australie (3 mois) parce qu’on s’est dit que c’était une occasion unique de découvrir ce pays qui est si grand et surtout si loin de l’Europe…

Tout au long du parcours, nous avons eu des tas de coups de coeur, comme l’envoutante ile de Pâques, le Nord de l’Argentine et ses fiers gauchos, les iles paradisiaques de Polynésie ou la côte Ouest très sauvage de l’Australie… 

Mais plus que chaque destination en particulier, c’est le voyage en lui-même et cette incroyable liberté qui nous ont marqués pour toujours.

Comment tes enfants l’ont vécu et qu’ont ils appris pendant cette incroyable aventure ?

Nos filles étaient déjà très habituées à voyager mais là, on est passé à un autre niveau ! 

En quelques mois, elles ont appris des tonnes de choses, elles ont dû se débrouiller, être confrontés à de nouvelles cultures, des goûts inédits et des mondes inconnus, s’imprégner de nouvelles langues et dû s’adapter en permanence… 

C’est fascinant de voir à quel point les enfants sont de véritables éponges. Nos filles sont devenues expertes en culture aborigène, ont tout appris sur les méduses, requins et baleines, plongé dans des fonds marins incroyables, appris à nouer un kimono ou boire le thé à la japonaise, admiré les mystérieux Moai de l’ile de Pâques et les cités incas du Pérou, vu les conséquences directes du réchauffement climatiques en traversant des plaines désertiques, aidé les gauchos d’Argentine à rassembler des troupeaux et découvert les coulisses de l’Opéra de Sydney…

Elles ont gagné en confiance en elles, en débrouillardise et en maturité. Quel plus beau cadeau leur offrir dans un monde en constante évolution où l’adaptabilité, la tolérance et l’ouverture sur les autres sont plus que jamais nécessaires ?

Avez vous éprouvé des difficultés particulières en voyagent avec des enfants ou au contraire ?

Un tour du monde, c’est loin d’être des vacances ! On sort de sa routine, des contraintes et horaires de son train train quotidien mais on a bien d’autres contraintes. Il faut au jour le jour organiser ce long voyage, trouver où dormir, où manger, où faire des lessives dans des endroits toujours différents, faire l’école (et ce n’est pas une mince affaire), travailler quand même à distance…

Ne jamais « être chez soi », ne pas toujours avoir de visibilité sur les jours/semaines qui viennent, avoir chaque fois tout à découvrir, à comprendre… Tout ça est exaltant mais aussi parfois fatiguant et on a eu des petits coups de down, chacun à notre tour.

Voyager avec des enfants est vraiment intense mais pas spécialement compliqué. Ils sont incroyablement flexibles et adaptables et au final, tout se passe très bien. 

Pour nous, le plus difficile a été les premières semaines. On a eu besoin d’un moment d’adaptation à cette nouvelle vie sur les routes, trouver chacun ses marques, se créer une nouvelle routine (quand et comment les faire travailler pour l’école par ex), sortir du mode de voyage qu’on connaissait jusque là et rentrer pleinement dans ce voyage au long cours pour profiter de toute la liberté qu’il nous offrait !

Si c’était à refaire ?

Je repars demain évidemment ! Et d’ailleurs les filles en rêvent !

A refaire, j’allègerais encore l’itinéraire pour passer plus de temps dans chaque endroit. Au final, c ‘est la seule chose que je changerais !

Quels conseils donnerais-tu aux familles qui souhaitent se lancer dans un tel projet ?

Surtout foncez ! La vie est trop courte pour ne pas vivre ses rêves !

Bien sûr, ce n’est pas simple à mettre en place, il faut se battre pour y arriver mais finalement, le plus difficile est de « sauter dans le vide » et prendre la décision. Ensuite, tout est possible. Il y a des familles qui partent avec tous les budgets, tous types de transport…

La durée d’ailleurs ne doit pas être un frein. Nous sommes partis début juillet et je me souviens que le 1er septembre, quand tous les écoliers d’Europe rentraient à l’école, nous nous sommes dit qu’en 2 mois, nous avions déjà vécu des choses incroyables et que cette liberté qu’on était venu chercher, nous l’avions déjà complètement trouvée. Donc si ce n’est pas possible de partir un an, partez 2-3 mois dans un pays ou une région, c’est déjà une expérience extraordinaire et sans doute plus simple à mettre en place. 

Pour toutes les questions pratiques d’organisation d’un tour du monde, de budget, d’école en voyage… Internet regorge de ressources utiles et j’y ai d’ailleurs moi-même consacré un dossier entier sur mon blog : ( VOICI LE LIEN )

Son compte instagram et de son blog :

www.poesybysophie.com et @poesy_by_sophie

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin